top of page

Coïncidence divine ?

Tout au long de ma vie, j'ai connu Dieu comme étant un Être Suprême, un Père aimant et un Ami fidèle. Il est tout pour moi. Cependant, en août de cette année, je me suis découragé et j'ai senti qu'il manquait quelque chose. J'ai eu du mal à identifier ce que c'était. Finalement, la réponse m'est apparue : mon vide était dû au fait que je ne transmettais pas aux autres les choses que j'apprenais sur Dieu. Mais comment est-ce possible ? J'enseignais l'école du dimanche, je chantais, jeûnais, priais et faisais tout pour plaire à Dieu. Pourtant, je voulais abandonner - cela faisait-il même une différence? Cependant, quand je m'y attendais le moins, Dieu a répondu à ma prière.

Mon pasteur m'a invité à participer à une formation sur la narration biblique que des missionnaires de Frontline Missions dirigeaient dans ma ville natale de Santa Marta, en Colombie. Le premier jour de la conférence, j'étais plutôt curieux. Leur méthode d'enseignement semblait étrange au début. En tant que jeune leader dans mon église, je connais bien les différentes méthodes pour enseigner la Parole de Dieu, cependant, je ne savais pas qu'elle pouvait être partagée sous forme d'histoire. On nous a enseigné comme si nous étions des apprenants complètement oraux, un terme qui fait référence à ceux qui apprennent en parlant et en écoutant ; Je me suis vite rendu compte de l'efficacité de cette méthode. Les gens des temps bibliques partageaient la Parole de Dieu oralement parce que les Écritures n'avaient pas été écrites et que peu de gens savaient lire et écrire. Les missionnaires nous ont appris à raconter des histoires bibliques afin que chacun puisse saisir l'essence de l'histoire, quel que soit son statut social ou son origine.


En observant les progrès de la classe, j'ai vu comment les pasteurs, les ministres et les autres membres de l'église luttaient pour passer d'un mode de prédication à un mode de narration. Ils devenaient nerveux, oubliaient leurs répliques et bégayaient même pendant les activités en classe. Sans aucun doute, c'était un nouveau concept pour nous ; néanmoins, cela a stimulé la créativité des participants. Certaines personnes ont partagé leurs histoires assignées avec des drames, des dessins et même des chansons de rap. J'ai eu beaucoup de plaisir.


Souvent, les chrétiens peuvent enfermer Jésus entre les quatre murs de l'église et oublier l'essence de l'Évangile, qui est d'atteindre ceux qui ont un profond besoin de Dieu et de partager la bonne nouvelle avec eux. En tant qu'hommes et femmes de Dieu, nous limitons souvent nos enseignements à des sermons. La prédication est un outil utile ; elle donne de la force au peuple de Dieu et lui apprend à vivre dans la sainteté et à rechercher sa présence. Cependant, si nous contraignons notre marche chrétienne à n'entendre que des sermons à l'église, quand montrerons-nous le Jésus qui aime et a de la compassion pour les perdus ? Quand montrerons-nous le Jésus qui guérit ? Quand verrons-nous et ferons-nous les « plus grandes choses », comme Jésus nous l'a promis ?

Je remercie Dieu de m'avoir permis d'apprendre de Frontline Missions. Depuis la formation, je partage des histoires bibliques avec mes élèves de l'école du dimanche et partout où je vais, j'essaie de mettre en pratique ce que j'ai appris. Maintenant, je peux utiliser ces histoires pour donner de l'espoir aux désespérés et investir dans une génération qui marchera dans la liberté et transformera son environnement.


Kommentare


bottom of page